sudmedias

sudmedias

holt environmental science concept review answers download link pdf


holt environmental science concept review answers download link doc






































































fiat punto 1993 repair service manual gateway laptops manual samsung ht e350k home theater service manual "Climate change skepticism" and "climate change denial" refer to denial, dismissal or unwarranted doubt of the scientific consensus on the rate and extent of global warming, its significance, or its connection to human behavior, in whole or in part. 3 series owners manual yamaha timberwolf 4wd yfb250 atv full service repair manual 1993 2000 Consideration is given to the convergence of supply chains and sustainability. In doing so, the focus on environmental management and operations is moved from local optimization of environmental factors to consideration of the entire supply chain during the production, consumption, customer service and post-disposal disposition of products. 2006 honda cr v manual Siegmund et al (2014) were the first to empirically investigate the link between programming and other cognitive domains, such as language processing, at least using modern neuroimaging methods. kubota b26 tractor illustrated master parts list manual instant 2009 ford f 450 f450 super duty workshop repair manual Delegation strategies for the NCLEX, Prioritization for the NCLEX, Infection Control for the NCLEX, FREE resources for the NCLEX, FREE NCLEX Quizzes for the NCLEX, FREE NCLEX exams for the NCLEX, Failed the NCLEX - Help is here As a member, you'll also get unlimited access to over 75,000 lessons in math, English, science, history, and more. Plus, get practice tests, quizzes, and personalized coaching to help you succeed. dual xhd7714 user manual google nexus 7 2012 manual pdf line tracer robot project report tricks of the ebay masters michael miller sony hx20 manual What Is Neuroplasticity? Neuroplasticity, also called brain plasticity, is the process in which your brain's neural synapses and pathways are altered as an effect of environmental, behavioral, and ... McDermott, Gerald Robert: Civil Religion in the American Revolutionary Period: An Historiographic Analysis: 18: XVIII: 4: McDonald, H. Dermot: Hope: Human and Christian mazda 323 astina manual jaguar manuals online manual usuario keeway rkv 125 pdf repair manual zf5hp19

Abidjan,12 octobre 2019 (Sudmedias)-  L’ex-président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire a interpelé, samedi à Valence en Espagne, les chefs d’Etat africain et d’Europe sur les risque que font courir les autorités ivoiriennes à son pays, en y mettant en place une Commission électorale indépendante (CEI) impartiale.

« Généralement, en Afrique, la guerre ou les guerres partent des élections mal organisées », a rappelé M. Soro.

 

Début octobre, le président de la République Alassane Ouattara a procédé à la nomination des membres de cette instance en charge des élections, contre l’avis des partis politique de l’opposition politique.

 

« Les présidents africains de la sous-région… Je parle de Macky Sall du Sénégal, Nana Akufo-Addo du Ghana, Faure Gnassingbé du Togo, Rock Christian Kaboré du Burkina Faso, Ibrahim Boubacar Keïta du Mali. Vous faites comme si vous ne voyez pas que ça ne vas pas en Côte d’Ivoire… Après demain, c’est pour courir en Côte d’Ivoire », a prévenu l’ancien Premier ministre.

 

« Qu’est-ce qu’on constate. Alassane Ouattara et son gouvernement ont mis en place une CEI partisane et parcellaire ; une CEI qui est loin de faire le consensus, semant ainsi les germes des conflits futurs. Et vous êtes là pour faire semblant de ne pas voir. La CEI qui est mise en place, telle qu’elle est mise en place, contient en son sein les germes de la déflagration de la Côte d’Ivoire »

Tani O.

 


 

Daloa, 7 octobre 2019 (Sudmedias)- Le président du Sénat Ahoussou Jeannot a réagi, dimanche à Daloa, à l’arrestation puis la condamnation jeudi à cinq ans de prison du vice-président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI, Opposition) Jacques Mangoua.

Jeannot Ahoussou, en tournée politique dans la région, a appelé ses interlocuteurs à laisser « la justice faire son travail » à cette affaire.

« Pour le cas Mangoua Jacques, personne ne peut tolérer ou accepter que son frère aille en prison. Mais il ne faut pas politiser le problème. Je suis contre la politisation du problème », a-t-il affirmé, en réponse à une doléance du porte-parole de la communauté qui lui demandait « de plaider auprès du Président de la République afin qu’il intervienne » pour la libération du président du Conseil régional du Gbêkê (Centre).

 « Il y a eu des interventions (…) Tout se règle calmement. Tout est possible », a poursuivi celui, qui était avant son ralliement au RHDP, le président de l’Association des élus et cadres PDCI du Grand centre.

Jeudi à Bouaké, au terme d’un procès, Jacques Mangoua a été condamné à cinq ans de prison ferme pour “détention de munitions d’armes de guerre sans autorisation administrative’’, cinq ans de privation de ses droits civiques et au paiement de 5 millions de francs CFA d’amende.

A K


 

Le président de la République, Alassane Ouattara, assure à tout de bout de champ, que l’élection présidentielle de 2020 se passera sans heurt. Pourtant, bien de signes laissent redouter le contraire.

 

 

 

« Je voudrais vous dire d’être sereins. L’élection présidentielle de 2020 se passera bien, j’en suis convaincu », s’adressait, jeudi, Alassane Ouattara aux populations de Kouassi-Kouassikro dans le N’Zi ; une région qu’il a visitée pendant quatre jours. En janvier dernier déjà, quelques semaines avant la création de son parti unifié, le Rassemblement des houphophouétistes pour la démocratie et la paix (Rhdp), le président ivoirien rassurait les représentants des différentes confessions religieuses et chefs traditionnels, lesquels lui avaient part des inquiétudes des populations, à propos de cette échéance.

 

 

 

« Les élections de 2020 se passeront très bien alors arrêtons de nous faire peur, de dire qu'il y aura des problèmes en 2020. Il y n'a rien en 2020. Tout ira bien », avait-il nié, tout net ! Jeudi encore, Alassane Ouattara est revenu à la charge dans le N’ZI. Mais ces assurances parviennent difficilement à dissiper les craintes des Ivoiriens. D’autant plus qu’entre les déclarations optimistes et les actes posés par le chef de l’Etat pour proclamer cette paix, le fossé est béant.

 

 

 

Dialogue de sourd

 

En effet, à 12 mois du scrutin, le dialogue est rompu entre le pouvoir et l’opposition sur les conditions d’organisation de l’échéance. Notamment sur l’indépendance de la Commission électorale indépendante (CEI).

 

Malgré les réserves de l’opposition significative, Alassane Ouattara a procédé à la recomposition de l’institution. Mercredi à Dimbokro, il a procédé à la nomination des membres de cette CEI qui ne comprend aucun membre de l’opposition significative. A savoir le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci) d’Henri Konan Bédié, le Rassemblement pour la Côte d’Ivoire proche de Guillaume Soro, et le Front populaire ivoirien tendance Laurent Gbagbo.

 

Les membres de cette commission, qui aura la lourde charge d’organiser le scrutin de 2020, sont issus plutôt de petits partis et d’organisations de la société civile. Tous soupçonnés par l’opposition d’être à la solde du pouvoir. Les réserves de l’opposition n’entament pas pour autant le pouvoir d’Alassane Ouattara dans son élan. Hier, le président de cette nouvelle CEI a été élu. N’est-ce pas là l’un des germes annonciateurs de violences en 2020 qu’Alassane Ouattara feint d’ignorer quand il soutient qu’il n’y aura rien en 2020 ?

 

Une faiblesse de ce processus électoral organisé par une institution non consensuelle, se profile à l’horizon. Il s’agira de contenir les agissements et autres manipulations des futurs candidats.

 

A 12 mois de l’échéance, personne ne parle d’élaboration d’une charte de bonne conduite à imposer à ces futurs protagonistes. Quand on sait que généralement, les violences éclatent parce que les candidats n’attendent pas l’institution en charge de l’élection, pour prononcer leur propre verdict, notamment durant les dernières élections locales où certains candidats n’ont pas attendu la proclamation officielle des résultats pour inviter leurs partisans à la fête.

 

Ce fut le cas à Abobo et dans le Gontougo où, alors que les spéculations fusaient sur les réseaux sociaux, les candidats Hamed Bakayoko et Kobenan Kouassi Adjoumani se sont proclamés vainqueurs, avant que le verdict officiel ne soit rendu public un jour plus tard. On se souvient que le vote à ce scrutin du 13 octobre avait pourtant été tranquille. Mais les crises postélectorales ont éclaté ici et là, après et qui ont fait au moins cinq morts.

 

L’autre élément qui justifient les craindre des Ivoiriens en 2020, c’est l’absence de force impartiale en Côte d’Ivoire, comme ce fut le cas en 2010.

 

L’Opération des Nations unies en Côte d’Ivoire (Onuci) qui avait suivi de bout en boit le processus électoral, avec des représentants dans tous les bureaux de vote, avaient donné un sentiment de transparence à chacun des candidats. Qu’adviendra-t-il en 2020, alors qu’aucune force onusienne ne sera là pour donner sa certification ? Quand Alassane Ouattara assure que les choses se passeront bien, il s’empresse d’ajouter que les forces de défense, acquise à sa cause, seront là pour contenir tout débordement…

 

Avec une CEI consensuelle, la mise en place d’une charte de bonne conduite imposée à tous les candidats et la présence effective d’une force onusienne, la Côte d’Ivoire n’a pu faire l’économie de ses 3000 morts en 2010. Pourrait-elle se mettre l’abri d’autres violences sans une CEI consensuelle, un code de bonne conduite ? En décidant d’ignorer ses protagonistes, Alassane Ouattara n’expose-t-il pas son pays à d’autres violences… plus graves ? Surtout qu’en 2020, on n’aura pas de forces impartiales pour contenir les violences ?

 

 

 

Dénis Traoré

 

 

 


 

Dimbokro, 27 septembre 2019 (Sudmedias)-Samedi, en conférence de presse, au terme du meeting qu’il a animé au stade Ambroise Samba Koné de Dimbokro, au terme de la tournée de quatre jours qu’il a effectuée dans la région du N’Zi, le Président Alassane Ouattara n’est pas répondu de manière tranchée à la possibilité qu’il se présente ou non à la présidentielle de 2020.

 

 

 

« Vous connaissez ma position par rapport à l'avenir. Je suis pour le transfert du pouvoir à une nouvelle génération. Je dis toujours que nous autres, qui avons bénéficié de bourses, qui avons eu notre premier emploi dès notre sortie de l'université, qui avons ensuite eu des hauts postes pendant 30 à 45 ans, il est normal que nous puissions, au moins, par gratitude à l’endroit de la population, faire en sorte qu'une nouvelle génération prenne le relais (…) Nous avons une équipe qui fait du très bon travail. Mais à un certain moment, il faut pouvoir et savoir transférer le pouvoir à la jeune génération. Je le pense sincèrement (…) Moi, j’ai 78 ans bientôt. Donc, la nouvelle génération ce n’est pas moi », a indiqué le chef de l’Etat, avant de nuancer très rapidement cette position.

 

 

 

« Ceci étant, c'est un débat qui nous permettra d'arriver à cette décision. Mais, n'allez pas interpréter cela que ça veut dire que je ne serai pas candidat », a-t-il repris.

 

 

 

« Me retirer de la politique ? Il y a des gens qui ont dix ans de plus que moi. Ces décisions, on ne prend pas seul. Tout dépend de mon parti. Il y a un certain nombre de critères. Nous avons la responsabilité de laisser un pays en paix et dans la stabilité et toujours sur la voie du développement. Dans mon appréciation personnelle, je dois me décider de savoirs si mon objectif de stabilité, de sécurité pour mon pays ont été atteints et que cela doit se poursuivre avec l’équipe que je dirige. Me décider ? Ce sera la décision de mon parti, cela ne sera pas le choix d’Alassane Ouattara. Ça sera un choix démocratique. Nous aurons avec les responsables de mon parti un vrai débat. Il faut voir quelle est la meilleure manière de poursuivre l’œuvre que nous avons entamée (…) Il est temps que je parte me reposer mais si mon parti me demande de rester, j’apprécierai (…) Je suis très fière de mon bilan. Par conséquent, nous attendons impatiemment la campagne électorale pour pouvoir le dérouler », a-t-il poursuivi, face à l’insistance des journalistes.

 

 

 

Et, avant de rassurer que la prochaine présidentielle se déroulera sans heurts, le président de la République a ajouté que « tout ce que nous n’avons pas pu faire, ces temps-ci nous entreprenons de le faire et nous le continuerons dans la période 2021-2025 pour que ce programme soit bouclé (…) Je n’ai aucun doute que les élections se passeront de manière apaisées ».

 

 

 

Dénis Traoré

 


Abidjan, 30 septembre 2019 (Sudmedias)- L’Ambassade des Etats-Unis à Abidjan est heureuse d’annoncer l’arrivée de l’Ambassadeur Richard K. Bell en Côte d’Ivoire.

Richard Bell est un diplomate de carrière du département d’Etat avec une expérience en Afrique, au Moyen-Orient et en Europe.

Il a récemment occupé le poste de chargé d’Affaires à l’Ambassade des États-Unis à Ndjamena, Tchad. Entre autres missions récentes, il a été Conseiller en Politique étrangère auprès du Commandement des États-Unis pour l’Afrique à Stuttgart, en Allemagne ; premier conseiller à l’Ambassade des États-Unis à Niamey, Niger où, en l’absence de l’ambassadeur, il a dirigé la mission en tant que Chargé d’Affaires pendant une année (2013 -2014).

Auparavant, l’Ambassadeur Bell a occupé le poste de chef de la section politique dans les ambassades des États-Unis à Addis-Abeba, Ethiopie et à Antananarivo, Madagascar, ce qui lui a permis d’avoir une connaissance approfondie de l’Afrique.

Un ancien volontaire du corps de la paix au Yemen, l’Ambassadeur Bell parle le français et un peu l’arabe.

Source Ambassade USA


Abidjan, 30 septembre 2019 (Sudemdias)-La Chine doit sa puissance économique a de longue années de travail, a témoigné vendredi, l’ambassadeur de Chine en Côte d’ivoire, à l’occasion de la célébration des 70 de son indépendante.

« En 70 ans, la vie des Chinois s’est beaucoup améliorée. En particulier, depuis le lancement de la politique de réforme et d’ouverture il y a plus de 40 ans, le gouvernement chinois a pu faire sortir de la pauvreté 740 millions de personnes, soit presque la totalité de la population européenne », a indiqué Wan Li.

 

En 70 ans, le PIB chinois a su passer de près de 10 milliards de dollars américains à plus de 13.600 milliards de dollars américains en 2018, où il représentait 16% du PIB mondial.

 

Le PIB chinois s’est multiplié par 175 fois et a enregistré une croissance moyenne annuelle de 8,1%.

Depuis plusieurs années, la Chine a contribué à hauteur de plus de 30% à la croissance mondiale.

 

Aujourd’hui, elle est la deuxième économie du monde, le plus grand pays de commerce de marchandises et le deuxième pays consommateur de marchandises.

« 70 années ne sont qu’une période courte par rapport à l’histoire de l’Humanité et au parcours du développement de la nation chinoise. Or, ce qui s’est passé en 70 ans a profondément changé le sort de la nation et du peuple chinois, ainsi que la tendance et l’échiquier du développement mondial », s’est félicité le diplomate.

 

Awa Tee


 

 

Abidjan, 26 septembre 2019(Sudmedias)-Le président ivoirien a réitéré, jeudi, ses assurances quant à la bonne tenue de l’élection présidentielle de 2020.

 

En meeting à Kouassi-Kouassikro, dans la région du N’ZI, Alassane Ouattara a invité ses hôtes à la sérénité en ce qui concerne cette échéance.

 

« Je voudrais vous dire d’être sereins. L’élection présidentielle de 2020 se passera bien », a soutenu le chef de l’Etat. Avant de féliciter le gouvernement pour la composition, mercredi, de la Commission électorale (CEI).

 

Tani O.

 

 

 

 

 

 


 

Abidjan, 26 septembre 2019 (Sudmedias)-L’ancien président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, dont la candidature à l’élection présidentielle de 2020 ne fait plus de doute, a appelé jeudi, dans un tweet, ses partisans à la mobilisation sur le terrain.

 

 

 

« Chers tous, continuez à bêcher, à labourer le terrain sans relâche car la victoire se profile à l’horizon ».

 

 

 

Cette sortie, à 12 mois de l’échéance présidentielle de l’année prochaine, intervient alors que le président Alassane Ouattara, qui laisse toujours planer le doute sur sa candidature, est en tournée à l’intérieur du pays, dans la région du N’ZI.

 

Samedi dernier ses partisans s’étaient rassemblés à Cocody pour un meeting où ils ont annoncé l’arrivée très prochaine de leur mentor.

 

Une rencontre similaire est prévue samedi dans la commune d’Abidjan-Yopougon.

 

 

 

Dénis Traoré

 

 

 


Une forte mobilisation dominicale pour une réunion du comité local d’organisation du Crush Party USA. Venus d’un peu partout du New York state, cette première réunion publique a non seulement révélé combien de fois est attendu le Président du Comité Politique au pays de l’oncle Sam, mais aussi combien les américains sont attachés : « Nous ne pouvons oublier ce qu’il a fait pour la Côte d’Ivoire et remarquons aussi toute l’injustice qu’il subit. Nous avons été oubliés et aucune des promesses faites n’a été tenue. Guillaume SORO et nous, c’est une communauté de destin ».

 

Pour le Crush Party qui était jusque-là perçu comme uniquement réservé aux ados, les États-Unis commencent déjà à faire sensation. Des personnes du troisième âge exigent faire membres du comité d’organisation à travers un comité de sages. C’est édifié que nous avons vu des crushers venir en déambulateurs pour prendre toute leur part dans l’organisation de la venue du député de Ferké.

En outre, le comité d’organisation du Crush Party USA a dénoncé « l’acharnement inutile et sans limites » du pouvoir d’Abidjan contre l’ancien PAN qui « ne saurait les détourner de leur engagement à ses côtés ». Ils ont indiqué mettre tout en œuvre pour que la mobilisation réservée au Président du Comité politique prenne date dans l’histoire des mobilisations politiques diasporiques ; ils annoncent au moins « 2000 personnes » pour venir parler de la Côte d’Ivoire avec celui qui a « la légitimité historique en plus des compétences véritables » pour diriger la Côte d’Ivoire.

Le comité d’organisation du Crush Party USA a trouvé une date courant octobre pour la cérémonie dédiée à Guillaume SORO. Elle sera rendue publique à travers un communiqué officiel.

KD, envoyé spécial à New York city


 

Grand Bassam, 22 septembre 2019 (Sudmedias)- Réunis en Assemblée générale ordinaire les 20 et 21 septembre 2019 au VITIB de Grand-Bassam, les membres de l’Union des Patrons de presse en ligne de Côte d’Ivoire (UPLCI) ont été instruits sur leur responsabilités en tant que acteurs et professionnels des médias à la culture de la paix et de la cohésion sociale.

 

 

 

Ayant pour thème : « contribution des médias en ligne pour des élections apaisées en 2020 », le conférencier a exhorté les patrons de presse en ligne à la rigueur et à la probité dans la profession. Selon Monsieur Seydou Koné, ancien Rédacteur en Chef du site abidjan.net et actuellement Inspecteur général au ministère de la Communication et des médias, « la responsabilité des patrons des médias en ligne est grande dans la promotion de la paix et la cohésion sociale ».

 

 

 

Cette responsabilité insiste-t-il est d’autant plus grande en période électorale. Représentant le Ministre de la Communication et des médias à cette Assemblée générale, Madame KAKOU FONOU N'GUESSAN ROSINE Epse ANO a exhorté les professionnels des médias en ligne à la prudence face aux fausses nouvelles ou facke news que distilles certains individus à travers l’internet. « Cette nouvelle ère de l’information qui se veut rapide, instantanée et interactive n’est pas exempte de dérives.

 

 uplci nando

 

 

Face à la prolifération des fausses nouvelles ou Fake news et des discours haineux, il est nécessaire que les professionnels de l’information, imprégnés de la rigueur du code d’éthique et de déontologie qui régit la profession de journaliste, investissent internet pour distiller l’information juste et vraie et servir de boussole au citoyen qui pourra procéder à des choix éclairés. Les médias ont donc un rôle très important dans le maintien de la stabilité dans un pays.

 

 

 

Ainsi, nous ne pouvons que nous réjouir de l’initiative de l’Union des Patrons de Presse en Ligne de Côte d’Ivoire de réfléchir au rôle constructif que les médias en ligne peuvent jouer pour des élections apaisées à travers le choix de ce thème : « Contribution des médias en ligne pour des élections apaisées en 2020 » a-t-elle déclaré.

 

 

 

Monsieur Traoré Siaka représentant Monsieur Jean-Louis-Moulot,Maire de Grand-Bassam a dans son discours d’accueil félicité  Monsieur Nando Dapa pour son initiative de réunir les promoteurs des médias en ligne au sein de l’UPLCI. Et non sans exhorter cette association à œuvrer pour la paix et la cohésion sociale en Côte d’Ivoire.

 

 

 

 Monsieur Sidibé Issoufou Directeur général de l’Office Ivoirien des Chargeurs (OIC) est le parrain de cette AGO de l’UPLCI. Il s’est fait représenter par Anelone Edmond, Conseiller Technique.

 

 

 

Au nom du Dg de l’OIC, Monsieur Anelone a félicité les membres de l’Union pour le choix du thème qui selon lui est évocateur. Ainsi a-t-il exhorté les patrons de presse en ligne à œuvrer pour la paix et le développement pour tous, pour une Côte d’Ivoire émergente et unie.

 

 

 

Le Président de l’UPLCI M. Nando Dapa s’est quant à lui réjouit de l’adhésion massive des autorités ivoiriennes aux idéaux de l’Union qui, selon lui augure de l’intérêt partagé de voir éclore en Côte d’Ivoire une presse numérique libre, dynamique et responsable au service de la population. M. Nando Dapa a donné l’assurance que les médias en ligne membres de l’UPLCI s’attelleront toujours à demeurer une presse responsable et citoyenne au service de l’ivoirien et de la Côte d’Ivoire.

 

 

 

M. Adjoumani Kouassi vice-Président de l’UPLCI et Président du comité d’organisation de l’AGO a d’entrée planté le décor pour situer les objectifs de la rencontre. « Selon nos textes, entre deux congrès, le bureau exécutif organise une Assemblée générale pour dresser son bilan à mi-parcours. Et nous sommes exactement à un an et demi de notre mandat. D’où la tenue de cette AGO au cours de laquelle nous faisons également le toilettage des textes et projetons les chantiers du futur ».

 

 

 

Avec SERCOM UPLCI

 


Page 1 sur 53

SudMedias.com

Sudmedias.com est un journal d'information indépendant et participatif. Il est axé sur la coopération chine afrique, ainsi que les échanges diplomatiques économiques etc entre les pays du sud et de l'Asie.

Derniers Twitt

Flickr Photos

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit. Proin sed odio et ante adipiscing lobortis.